„VAXXED“ à Bettembourg

„VAXXED“ à Bettembourg

Le documentaire „VAXXED“ a été projeté pour la toute première fois au Grand-Duché de Luxembourg le lundi 26 juin 2017. Ce film, qui expose courageusement certaines conséquences de vaccinations, a attiré une cinquantaine de personnes, invitées par APPAAL et AEGIS, deux organisations luxembourgeoises qui viennent en aide aux parents concernés par les vaccinations. „Vaxxed“, qui a soulevé d‘énormes polémiques en 2016, année de sa sortie, a donc pu être montré dans la jolie salle dite „Atelier Paradiso“ (ancienne fabrique de confiserie) de Bettembourg.

L‘acteur américain Robert de Niro, père d‘un enfant autiste, pensait pouvoir le montrer au festival „Tribeca“ à New York, initié par lui-même. Mais, en dernière minute, la pression des laboratoires a obtenu son élimination du programme. En Allemagne également, certains cinémas se sont vu retirer la permission de montrer l‘oeuvre, suite à des commentaires haineux. De même, la projection prévue par une députée européenne au Parlement Européen à Bruxelles, a été annullée in extremis et déplacée dans un vieux théâtre de Bruxelles. Des scénarios similaires se sont répétés à Rome, Paris et Londres.

Tout cela n‘est qu‘une partie des tentatives continuelles d‘empêcher par tous les moyens que ce film ne soit connu du grand public. S‘agit-il de censure? Bien entendu !

Le Dr Andrew J. Wakefield, producteur de ce documentaire, montre justement les manigances des CDC (Centers for Disease Control and Prevention) aux Etats-Unis sur les études autour de l‘ “épidémie“ d‘autisme qui se répand dans ce pays. A travers la voix du lanceur d‘alerte Dr William Thompson, le spectateur apprend que dans plusieurs antichambres de la science, des études ont été falsifiées voire complètement détruites, afin d‘éviter que la relation de cause à effet entre le nombre rapidement croissant des cas d‘autisme et la vaccination ROR (rougeole, oreillons, rubéole) ne devienne évidente. De nombreux parents racontent comment ils ont fait ces expériences, au grand dam de leurs enfants : leurs bébés en bonne santé sont devenus autistes après cette vaccination. Les pro-vaccinalistes sont rapides à entonner la vieille litanie que les vaccinations „sont sûres“, ne font donc pas de mal – ou alors très rarement. Ainsi veulent-ils faire croire que le Dr Wakefield a lancé une histoire inventée de toutes pièces. Nous savons bien pourquoi, car l‘enjeu est de taille : il s‘agit de beaucoup, beaucoup d‘argent !

Après la projection du film la soirée a été complétée par une discussion avec les auditeurs. Au podium, deux mamans d‘autistes : la journaliste belge bien connue Senta Depuydt et Sylvie Glesener, présidente d‘APPAAL, ainsi que Colette Welter, présidente d‘AEGIS, unique association luxembourgeoise qui informe de façon scientifique sur les vaccinations. Un des aspects les plus importants dans la discussion était le développement, en Italie comme en France, de l‘idée de rendre obligatoires une douzaine de vaccins. Les personnes informées se regroupent et organisent des demonstrations dans toutes les grandes villes de ces pays tout comme dans d‘autres pays solidaires ! Ténor de ces manifestations : L‘Etat ne doit pas se mêler des décisions parentales. Vaccination ou pas, cela ne regarde pas la législation, cela reste une décision absolument personnelle !

Le Dr Wakefield avait accepté d‘être contacté par skype – mais, pas de chance, le moment venu, il était en déplacement vers une interview décidée juste avant. Pour la plupart des personnes présentes, cette soirée était très informative. Personne, assurément, n‘aura quitté la salle avec le projet de faire vacciner ses enfants le lendemain… bien au contraire, beaucoup de parents, choqués par l‘inactivité et le désintérêt des autorités, ont décidé de rester connectés et de continuer à s‘informer. (AEGIS)

Comments are closed.